Vin de copain fait un petit détour en Côte-Rôtie

Enfin de retour ! La vie s’est beaucoup bousculée ces derniers mois. Je travaille maintenant à Paris comme assistant chef sommelier à La Table du Lancaster.  Après 8 mois d’attente, me voici de retour pour vous parler de notre passion commune qui est le vin. Aujourd’hui, j’ai décidé de revenir en beauté avec un article sur la Côte-Rôtie.

Un détour dans le Rhône

Situé à 30 km au sud de Lyon avec son vignoble en coteaux et des parcelles étonnamment uniques par leurs terroirs et leurs diversités, la Côte Rôtie est une appellation du nord de la Vallée du Rhône. Obtenue grâce à un cépage unique ou presque la Syrah, unique ou presque tout simplement parce que l’aire d’appellation autorise l’utilisation de 20% de viognier. Faisons un petit détour à Ampuis la capitale de la Côte-Rôtie, en passant par Saint Cyr sur Rhône et Tupins Semons pour vous montrer ce terroir exceptionnel.

Son vignoble s’étend sur un terroir composé, au nord, des terrasses de micaschistes de la Côte Brune et, à l’extrême sud, de gneiss ou granite pour la Côte Blonde. La «brune » a la réputation de produire un vin plus tendre et la «blonde » un vin plus vivace.

La Côte-Rôtie est composé de 73 lieux dits différents. Parmi les plus connus et les plus réputés la Mouline, la Turque et la Landonne ont fait la renommée de la maison Guigal en faisant des mono-parcelles. Les 70 autres lieux dits ne sont pas en reste, un producteur tel que Jean Paul Jamet en assemble 20 dans sa Côte-Rôtie classique alors autant dire que toutes les parcelles sont uniques et importantes.

La palette d’arômes est grande sur des fruits noirs intenses, des notes de fleurs comme la violette, des notes d’épices soutenues comme le poivre noir, la réglisse et le cacao et avec des tannins parfois durs parfois délicats tout en rondeur sur une acidité intense .

Plus de 60 vignerons vivent aujourd’hui grâce à cette appellation. Les plus renommés sont Gangloff, Jamet, Clusel Roch, Ogier et Vernay. Avec également les négociants les plus connus de la Vallée du Rhône tel que Guigal, Chapoutier et Jaboulet.

Une Côte-Rôtie peut se garder facilement 15 ans couchée afin que le bouchon reste bien imbibé dans un lieu inferieur à 20 degrés et sombre de préférence. Privilégiez le carafage  violent dans la jeunesse en le laissant se reposer 2 à 3 heures.  Pour les Côte-Rôtie de plus de 10 ans un décantage délicat permettra de séparer le vin de son dépôt et d’optimiser son caractère. La température de service doit être de 14 à 16 degrés. Une Côte-Rôtie accompagne parfaitement avec beaucoup d’équilibre les gibiers en sauce et les viandes rouges grillées .

Alors laissez-vous tenter par cet harmonieux vin doté de beaucoup d’histoires de vignerons, de passion et d’un terroir d’exception.